À peine j’ouvre les yeux de Leïla Bouzid en projection à l’IF d’Alger ce mercredi 4 mai.

APJOLY6(c)SHELLAC_0

Baya Medhaffar dans le rôle de Farah Hallel.

Par Jeune Maghreb

Lauréat de nombreuses récompenses, donc le prix du public à La Mostra de Venise, le premier long-métrage de la réalisatrice tunisienne « À peine j’ouvre les yeux » sera projeté à l’Institut Français d’Alger le 04 mai à 18h30.

Tunis, été 2010, quelques mois avant la Révolution, Farah 18 ans passe son bac et sa famille l’imagine déjà médecin… mais elle ne voit pas les choses de la même manière.
Elle chante au sein d’un groupe de rock engagé. Elle vibre, s’enivre, découvre l’amour et sa ville de nuit contre la volonté d’Hayet, sa mère, qui connaît la Tunisie et ses interdits.

(France, Tunisie, Belgique, drame, 102’, 2015). Avec: Baya Medhaffar, Ghalia Benali, Montassar Ayari.

La projection sera suivi d’un débat avec la réalisatrice. Entreé libre.

 

Publicités
Cet article a été publié dans Agendas, Cinéma. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s